Rechercher
  • FilocheUnité2022

Vive la médecine de prévention pour les assistantes maternelles !

En France, plus de 250 000 personnes sont assistantes maternelles. Je l’écris au féminin, la DARES estimant à plus de 99 % la part de femmes exerçant ce métier. Précaire, peu valorisé, elles sont pourtant indispensables au million de parents-employeurs qui ont recours à ce mode de garde pour leur(s) enfant(s). La semaine dernière à l’Assemblée nationale, lors du vote de la loi « Renforcer la prévention en santé au travail », les assistantes maternelles ont obtenu une véritable reconnaissance : elles ont enfin la médecine du travail !



Et jusqu’ici me direz-vous ? Rien ou pas grand-chose… des années de discussion pour accéder aux mêmes droits que n’importe quel salarié, celui de bénéficier de la prévention en santé au travail. Des assistantes maternelles mal rémunérées et aux conditions de travail physiquement et moralement éprouvantes qui ne voyaient jamais un médecin dans le cadre de la surveillance médicale. Des assistantes maternelles pourtant exposées à des maladies professionnelles : troubles musculosquelettiques quand on se baisse, s’accroupit, se relève à de multiples reprises dans la journée ; troubles circulatoires à force de rester debout ; contaminations virales ou bactériennes quand on est en contact avec un enfant malade ; risques psychologiques, notamment épuisement nerveux eu égard aux responsabilités portées sur les épaules de ces professionnelles. Oui, l’accès à une médecine de prévention est une excellente nouvelle pour les assistantes maternelles !


C’est aussi une manière d’affirmer que c’est un métier salarié. Trop souvent, cette activité a été perçue comme un prolongement de l’attention féminine portée aux enfants : ça suffit ! L’assistante maternelle est formée, dispose d’un agrément : c’est une profession de la petite enfance à part entière.


J’ai été trente ans inspecteur du travail. C’est avec mon expérience, mes combats et mes convictions que je me présente à la primaire populaire, afin de mettre au cœur des préoccupations de la gauche la prévention et le contrôle.


Vive la médecine de prévention ! Vive la médecine du travail, vive la médecine scolaire !


Gérard Filoche

61 vues0 commentaire