Rechercher
  • FilocheUnité2022

Borne sans limite

Nous reproduisons ici l'article de Gérard Filoche, candidat à la Primaire Populaire, publié dans l'Huma Dimanche.

Oui, il faut se vacciner si possible à 100 % : quand les égoutiers réclamaient, avec la CGT mobilisée, en 2019 un vaccin obligatoire (donc gratuit) contre la redoutable leptospirose le gouvernement répondait « non ». L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) expliquait pourtant que « l'espérance de vie d'un égoutier était déjà inférieure de 7 ans » et jugeait alors que « l'expérience montre que lorsqu'on ne pousse pas les gens à se vacciner, ils ne le font pas ».

Mais à l’époque, « pousser à se vacciner » signifiait, écouter la revendication syndicale, convaincre, assurer l’information, le suivi du vaccin, et non pas faire chantage père Fouettard au licenciement.

En temps de Covid sur BFM-TV, la ministre du travail Borne met les pieds dans le plat, après le vote du Parlement et avant la décision du conseil constitutionnel : « Je crois qu’il faut être clair. Ça ne veut pas dire qu’il ne peut pas y avoir de licenciement. Cela veut dire qu’il sera moins encadré, peut-être qu’il pourra intervenir plus tôt. »

Grande nouveauté historique : un patron peut se passer du médecin du travail, du médecin conseil régional du travail, de la CRAM, et licencier sans procédure (pour cause réelle et sérieuse ? pour faute ? grave ? lourde ?) pour raison liée à la santé. Quelques soient la fonction, la qualification, l’ancienneté, vous n’êtes pas vacciné ? Dehors ! Mise à pied et puis chômage. Le salarié rejoint la cohorte des 7 millions de chômeurs et s’il veut saisir les prud’hommes (affaiblis et embouteillés, aux indemnités plafonnées), il lui faudra entre un an et deux ans pour tenter sans garantie de remettre en cause l’arbitraire. Entre temps, sans salaire, il subira le nouveau statut des chômeurs à partir du 1er octobre : tout ça est une tuerie.

Depuis les lois anti travail El Khomri et Penicaud, tous les principes fondamentaux du code du travail sont violés.

Dire que Mme Borne se dit de gauche, ce n’est pas seulement une usurpation abusive, ça dépasse toute limite.

Gérard Filoche

106 vues0 commentaire